En consultant notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour rendre votre visite plus agréable, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt, vous permettre de partager des contenus sur les réseaux sociaux, et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Le Blog
ING Direct, votre banque en ligne, c'est aussi un blog avec des articles clairs concernant l'assurance vie, la retraite, les investissements, la gestion de budget…
annuler
Affichage des résultats de 
Rechercher plutôt 
Vouliez-vous dire : 

Succession et Fiscalité

MEDIUM-eyeem-100006075-117947821.jpg

 

 

Il arrive malheureusement qu’un décès survienne sans que la succession n’ait été anticipée. En l'absence de testament, la loi désigne les héritiers, c'est ce qu’on appelle la « dévolution successorale ». Elle désigne par défaut les bénéficiaires du patrimoine, mais aussi la répartition de l’héritage, et les frais de succession associés. Découvrons ensemble ces règles.

 

L’ordre des héritiers, aussi nommé ordre successoral :

  1. Les descendants : enfants, petits-enfants ;
  2. Les ascendants dit « privilégiés » : parents et les « collatéraux privilégiés » : frères et sœurs, neveux ou nièces. En l'absence de descendant, le père et la mère reçoivent chacun un quart de la succession ; les frères et sœurs se partageant l'autre moitié. Si le défunt ne laisse qu'un ascendant privilégié, les frères et sœurs reçoivent les trois quarts. S'il n'en laisse aucun, ils reçoivent la totalité ;
  3. Les « ascendants ordinaires » : grands-parents, arrière-grands-parents ;
  4. Les « collatéraux ordinaires » : la famille plus éloignée, comme les cousins jusqu'au sixième degré inclus.

A défaut de testament ou de parents jusqu'au sixième degré, la succession revient à l'État, hypothèse aujourd'hui très exceptionnelle.

A noter : Cet ordre est différent selon que le défunt laisse ou non un conjoint successible (le conjoint survivant non divorcé). Aussi, le conjoint survivant, s’il existe, occupe une place à part puisque ce qu'il recueille dépendra des héritiers rencontrés.  

 

Les étapes qu’ils devront suivre :

  • Choisir un notaire ou celui du défunt, dès que le patrimoine dépasse 5 000 € ou s'il inclut un bien immobilier. En effet, pour les successions d'un montant supérieur à 5 000 €, l'établissement d'un acte de notoriété, établi par un notaire donc, est nécessaire pour définir la qualité d'héritier et débloquer les sommes d'un montant supérieur à 5 000 € en dépôts au sein d'une banque.
  • Chercher les dispositions de dernière volonté : en consultant notamment le Fichier Central des Dispositions de Dernières Volontés.
  • Établir la liste des héritiers
  • Évaluer le patrimoine du défunt : actifs, dettes, donations, assurance vie et biens immobiliers etc.
  •  4 mois pour accepter ou renoncer à la succession. L'option « acceptation à concurrence de l'actif net » permet de refuser les dettes qui dépassent la valeur des biens du défunt.
  • Déclarer et payer les frais à l’administration fiscale (dans les 6 mois en France). Le montant des droits de succession dépend du lien de parenté et tient compte d’un barème et d'un abattement. En dehors des héritiers directs, ces frais vont de 35 à 60% du montant transmis, selon le degré de parenté, et ils prennent en compte la part imposable.
  • Gérer le partage de la succession à l’amiable ou en passant par une procédure judiciaire, auquel cas, un droit de partage (2,5 % des sommes) s’ajoute aux honoraires proportionnels du notaire.

L’importance du testament

Le testament est un document écrit qui fait état de vos volontés après votre décès. Il permet de répartir vos actifs et de vos biens selon vos choix et avec des directives précises. Considéré comme le point de départ des autres actes de succession, il doit être réalisé le plus tôt possible pour faciliter les démarches.

1 Commentaire
Visiteur fréquent

Bonjour

je viens de lire le chapitre SUCCESSION ET FISCALITE et suis abasourdi que ING ose écrire le procédé sans mentionner qu'ils gardent les fonds de succession. Une honte. 

ING précisent le délai légal de 6 mois pour faire la déclaration au service des impots mais ils ne règlent pas les succesions dans ce délai! Il faut absolument faire savoir ce manquement déplorable de cette banque.

merci faire suivre 

roubey17

Une claire

Ici, pas de blabla ni de frais cachés, mais de l’aide et des conseils quand vous le souhaitez.

Simple et performante

Nous pensons qu’une banque en ligne doit être performante avec des produits simples à gérer.

Accessible et pratique au quotidien

Tout est pensé pour vous faciliter la vie : grâce à notre appli et à votre espace client, vous êtes complètement autonomes 7j/7. Et en cas de besoin, nos conseillers sont à vos côtés.

Adaptée à votre rythme

Nos conseillers sont disponibles du lundi au vendredi de 8h à 21h et le samedi de 8h à 18h (cout d’un appel local).