En consultant notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour rendre votre visite plus agréable, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt, vous permettre de partager des contenus sur les réseaux sociaux, et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Le Blog
ING Direct, votre banque en ligne, c'est aussi un blog avec des articles clairs concernant l'assurance vie, la retraite, les investissements, la gestion de budget…
annuler
Affichage des résultats de 
Rechercher plutôt 
Vouliez-vous dire : 

Les foires internationales qui comptent

6.jpg

 

 

Art contemporain : un marché à explorer

DOSSIER - Avec une progression de 13 % en 2013 (1), le marché de l’art se porte bien et reste attractif. Il est toutefois soumis à certaines fluctuations qui peuvent nuancer les placements avantageux et défiscalisés. Ces risques sont à envisager pour constituer son patrimoine artistique et considérer « l’art comme valeur refuge ».

 

Lorsqu’il s’agit d’investir dans l’art contemporain, il est important de s’informer sur les tendances d’un marché en perpétuelle évolution. En dehors des galeries parisiennes et des salles des ventes, l’opinion et l’œil se forgent aussi lors des foires internationales.

Où et quand ?

De l'Europe à la Chine en passant par New York et Miami, les évènements se sont multipliés dans le monde entier. Le plus retentissant demeure Art Basel, avec son empire étendu à Miami et qui, depuis son rachat de la foire de Hongkong, a largement évincé ses concurrentes Art Stage Singapore ou Shanghai Contemporary Art Fair. Freize Art Fair, foire montante de New York, se positionne déjà comme un futur leader. La Biennale de Venise ou la Documenta de Kassel restent de leur côté des valeurs sûres. Et à Paris ? Longtemps en proie à des obstacles administratifs, la FIAC incarne désormais une nouvelle excellence. « Depuis sa création en 1974, la FIAC, tout en étant résolument internationale, se distingue par sa forte participation nationale et européenne », confie sa directrice, Jennifer Flay.

Les foires rythment l’année avec des périodes concentrées en mars-avril et en septembre. Pour mieux se positionner dans ce calendrier serré, les plus grands événements proposent d’autres moments de programmation, comme octobre pour la FIAC, juin pour Art Basel ou encore décembre pour Miami Beach. « Pour les acheteurs qui voyagent peu et qui sont peu en lien avec les galeries en dehors de leurs pays, les foires internationales sont un moment particulier de l’année pour acheter et surtout pour voir les œuvres d’une galerie étrangère. Ce sont de grands rendez-vous qui offrent une visibilité et l’occasion de rencontrer de nouveaux acheteurs privés comme des institutionnels », témoigne Corentin Hamel, directeur de la New Galerie à Paris, qui participe pour la cinquième fois cette année à la FIAC.

Acheter via un intermédiaire

Évidemment, ces grandes « messes » peuvent impressionner et donner le tournis. Heureusement, les art advisors (2) existent. Véritables conseillers spécialisés, ils sont là pour informer les collectionneurs et investisseurs des dernières tendances. Repérer les créateurs de demain et identifier une œuvre nouvelle qui fera encore sens dans dix ans est un métier. Ces chercheurs d’art sont généralement rémunérés par des commissions de 3 à 10 % du prix de l'œuvre achetée, une solution qui concurrence les frais des salles des ventes.

Peut-on se passer de ces experts lorsque l’on veut investir ? Rappelons que le marché de l’art contemporain n’est pas un marché comme un autre : l’acte d’achat d’une œuvre d’art est souvent guidé par l’émotion, à défaut du raisonnement. D’où l’intérêt d’un conseil avisé. Car, si la démarche auprès d’un expert a un coût, elle permet de mieux cerner la possible revente d’une œuvre pour dégager une plus-value, éviter les fluctuations importantes et les forts mouvements de décote des artistes. Après la crise financière de 2008, les cotes de certains artistes contemporains, montées en flèche, se sont effondrées. Si la situation est plus stabilisée aujourd’hui, le marché de l’art contemporain n’est jamais à l’abri de ces soubresauts.

(1) Source Artprice 2014

(2) Conseillers d'art

Crédit photo : La FIAC 2013 au Grand Palais - Marc Domage

 

A lire aussi dans le dossier « Art contemporain : un marché à explorer »

- L’art contemporain, un marché libéralisé
- Art contemporain : où et comment acheter ?
- La cote des artistes, clé du bon investissement

 

Une claire

Ici, pas de blabla ni de frais cachés, mais de l’aide et des conseils quand vous le souhaitez.

Simple et performante

Nous pensons qu’une banque en ligne doit être performante avec des produits simples à gérer.

Accessible et pratique au quotidien

Tout est pensé pour vous faciliter la vie : grâce à notre appli et à votre espace client, vous êtes complètement autonomes 7j/7. Et en cas de besoin, nos conseillers sont à vos côtés.

Adaptée à votre rythme

Nos conseillers sont disponibles du lundi au vendredi de 8h à 21h et le samedi de 8h à 18h (cout d’un appel local).