En consultant notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour rendre votre visite plus agréable, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt, vous permettre de partager des contenus sur les réseaux sociaux, et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Le Blog
ING Direct, votre banque en ligne, c'est aussi un blog avec des articles clairs concernant l'assurance vie, la retraite, les investissements, la gestion de budget…
annuler
Affichage des résultats de 
Rechercher plutôt 
Vouliez-vous dire : 

L'assurance-vie doit-elle faire évoluer son modèle ?

assurance_vie_modele.jpg

 

 

L'assurance-vie doit-elle faire évoluer son modèle ? C'est la question posée par le journal Les Echos, qui explique qu'avec des taux d'intérêt proches de zéro, le rendement de ce produit d'épargne est en péril.

C'est la Banque centrale européenne qui est coupable d'entretenir des taux d'intérêt très bas, un problème pour les assureurs-vie qui investissent beaucoup dans des obligations qui ne sont plus rentables aujourd'hui. Résultat : ils promettent des taux à leurs clients qu'ils ne sont plus capables d'assurer sans prendre de risques. Les fonds en euros étant garantis, le modèle de ces assureurs en prend un coup. Nous risquons de voir évoluer ces produits avec des fonds en euros qui promettront sûrement des rendements moins élevés, et peut-être l'émergence de nouveaux produits plus adaptés à la conjoncture actuelle. Et vous, comment imaginez-vous le futur de l'assurance-vie ?

Crédit photo : Wrangler - Fotolia 

1 Commentaire
tropcher
Contributeur d'honneur
Dans la configuration actuelle des taux, à savoir taux faibles (voire quelquefois négatifs) et dont les économistes annoncent une remontée, les indicateurs me paraissent loin d'être au beau fixe pour l'assurance vie en euros : Une remontée des taux entraine une baisse de la valeur des obligations "anciennes" encore détenues par les sociétés d'assurance.

La situation risque de ne pas être meilleure pour les unités de compte, automatiquement surévaluées du fait de la faiblesse des taux, et dont la valeur risque de se détériorer au moins autant que celles des obligations en cas de remontée des taux, d'autant plus qu'elles se seront accoutumées à réduire leurs dividendes et leurs bénéfices.

La seule hypothèse qui permettrait à l'assurance vie de continuer à servir un intérêt supérieur au niveau de l'inflation serait un poursuite de la baisse des taux, c'est à dire des taux de plus en plus négatifs, situation qui n'est pas envisagée par les économistes.

Elle conduirait les Etats à prélever régulièrement une partie de l'épargne liquide, tout en dévaluant régulièrement la monnaie pour compenser la baisse des prix. On est bien obligé de constater que l'on s'approche de ces dispositifs avec par exemple l'isf, la limitation des paiements en espèces, les politiques monétaires "accomodantes" fournissant aux banques des fonds à moindre coût pour leur permettre d'accorder des crédits à faible taux.

Les avantages fiscaux de l'assurance vie peuvent être remis en cause d'année en année (le site vosdroitsservicepublic en fait état), comme ils l'ont déjà été par le passé, de même que les frais.

De mon point de vue une assurance vie "nouvelle formule" peut être ouverte pour "prendre date" et ne l'alimenter ensuite que régulièrement ou en attendant une meilleure configuration, alors que le plan d'épargne logement ou certains compte à terme proposent des rendements presque équivalents à ceux des fonds en euros, mais avec une garantie sur la durée (douze ans pour le pel à 2%, 2 à 4 ans pour les comptes à terme à 2.5%  des sociétés de crédit automobiles par exemple).

Qui peut savoir aujourd'hui ce que seront - dans un, deux ou trois ans et plus - les taux servis sur les assurances vie, qu'elle soient en euros ou en unités de compte ?

L'isf (0.5% ou plus) vient en déduction du rendement final du livret épargne orange (0.36% net = 0.6% bruts fiscalisés à 40%), d'ou perte nette de 0.14% par an pour le déposant qui aurait donc intérêt à conserver une liasse de billets dans un endroit discret plutôt que déposer ses fonds sur ce livret, ou bien acheter des oeuvres d'art, souscrire au capital des start ups et des petites entreprises, faire des dons etc... pour "réduire" son isf (tout en payant plus). 

Avec un isf à 0.5%, une épargne doit rapporter au moins 2%  (imposés à 60% : tranche à 45% + 15% prèlevements sociaux) pour ne pas être perdante puisqu'en ce cas il ne reste que 0.8% net. Dans les conditions de fiscalité actuelles ce taux minimum est un peu plus faible pour l'assurance vie (plus values fiscalisées à seulement 35+15=50% avant 4 ans, 15+15= 30% entre 4 et 8 ans, et 15% seulement au-delà de 8 ans : En ce cas un rendement moyen de l'assurance vie de 1% sur les 8 ans suffirait à compenser l'isf).

 

Une claire

Ici, pas de blabla ni de frais cachés, mais de l’aide et des conseils quand vous le souhaitez.

Simple et performante

Nous pensons qu’une banque en ligne doit être performante avec des produits simples à gérer.

Accessible et pratique au quotidien

Tout est pensé pour vous faciliter la vie : grâce à notre appli et à votre espace client, vous êtes complètement autonomes 7j/7. Et en cas de besoin, nos conseillers sont à vos côtés.

Adaptée à votre rythme

Nos conseillers sont disponibles du lundi au vendredi de 8h à 21h et le samedi de 8h à 18h (cout d’un appel local).