En consultant notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour rendre votre visite plus agréable, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt, vous permettre de partager des contenus sur les réseaux sociaux, et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Le Blog
ING Direct, votre banque en ligne, c'est aussi un blog avec des articles clairs concernant l'assurance vie, la retraite, les investissements, la gestion de budget…
annuler
Affichage des résultats de 
Rechercher plutôt 
Vouliez-vous dire : 

L’art contemporain, un marché libéralisé

2.jpg

 

 

Art contemporain : un marché à explorer

DOSSIER - Avec une progression de 13 % en 2013 (*), le marché de l’art se porte bien et reste attractif. Il est toutefois soumis à certaines fluctuations qui peuvent nuancer les placements avantageux et défiscalisés. Ces risques sont à envisager pour constituer son patrimoine artistique et considérer « l’art comme valeur refuge ».

 

Vous cherchez un nouveau secteur pour investir ? Pourquoi pas dans l’art contemporain, un placement qui offre d’innombrables possibilités. Mais vous hésitez à vous lancer de crainte de ne pas en saisir toutes les « ficelles » ? Au-delà des fantasmes, ce marché n’est finalement pas si hermétique que ça.

Tout d’abord, qu’est ce que l’art contemporain ? La question semble anodine mais avant d’investir il est préférable d’avoir une idée précise de ce que l’on achète. Succédant à l’art moderne, l’art contemporain désigne chronologiquement l'ensemble des œuvres produites depuis 1945. D’un point de vue conceptuel, l’expression désigne également les pratiques artistiques qui transgressent les codes et les frontières des domaines artistiques (dessin, peinture, sculpture). Ainsi, la fameuse Fontaine de Marcel Duchamp, ready-made de 1917, l’une des œuvres les plus controversées du XXe siècle, affirmait déjà son entière contemporanéité en entrouvrant les portes d’un art voué à se libéraliser.

Globalisé et identitaire

Depuis, l’art contemporain s’est imposé comme un secteur d’investissement incontournable, qui s’est étoffé au fil des années. « La nouveauté principale, c’est la forte mondialisation du marché de l’art qui a permis d’augmenter les ventes et de diversifier la clientèle. […] Ce changement conduit à une volonté de renouveau, de changement de périodes. Je suis très optimiste sur ce marché », confie Fabien Bouglé, président de Saint Eloy Art Wealth Management, cabinet de consulting en gestion de patrimoine artistique. Toutefois, à l’opposé de cette globalisation qui facilite l’accès au marché, des castes communautaires segmentent le secteur et créent des obstacles parfois difficiles à contourner. « Le patriotisme artistique est une autre caractéristique émergente. Les Chinois préfèrent acheter chinois, de même qu’il est très difficile de percer leur marché. Ce marché identitaire se note au niveau mondial. »

Qu’en est-il du marché français ? Face à la Chine et aux États-Unis, qui dominent le secteur en valeur et en volume, le rayonnement international de la France en tant que place de marché et créateur d’œuvres d’art est relatif. Elle se positionne en quatrième position derrière le Royaume-Uni. Pourtant, le secteur offre des garanties non négligeables pour qui s’y intéresse : incitation fiscale avec l’exonération de l’ISF, taxation avantageuse des plus-values, transmission du patrimoine ou encore paiement en dation. Et le marché a aussi pour caractéristique son accessibilité budgétaire. Il suffit de 2 000 ou 3 000 euros pour miser sur de nouveaux talents, contrairement à l’art moderne ou ancien où la bonne affaire ne débute pas à moins de 40 000 ou 50 000 euros.

Le profil des nouveaux acheteurs

En clair, investir dans l’art contemporain fait figure d’alternative à des placements plus traditionnels auprès d’une clientèle de plus en plus nombreuse et pas forcément initiée. En témoignent l’internationalisation du marché et la diversification des nouvelles clientèles chinoise, russe, indienne ou encore brésilienne. Qui sont alors ces nouveaux mécènes de l’art contemporain ? Selon Fabien Bouglé, « le marché séduit aujourd’hui les financiers, les traders incarnant les nouvelles fortunes, qui ont une vision abstraite de l’argent. Ces derniers achètent des œuvres d’art qui ne nécessitent pas une culture pointue en la matière, contrairement à des œuvres anciennes qui nécessitent des représentants de la vieille bourgeoisie, avec une base culturelle forte. »

(*) Source Artprice 2014

Crédit photo : Cyrille Cohen, commissaire­priseur chez Sotheby’s - Sotheby’s France / Art Digital Studio

A lire aussi dans le dossier « Art contemporain : un marché à explorer »

- Art contemporain : où et comment acheter ?
- Les foires internationales qui comptent
- La cote des artistes, clé du bon investissement

Une claire

Ici, pas de blabla ni de frais cachés, mais de l’aide et des conseils quand vous le souhaitez.

Simple et performante

Nous pensons qu’une banque en ligne doit être performante avec des produits simples à gérer.

Accessible et pratique au quotidien

Tout est pensé pour vous faciliter la vie : grâce à notre appli et à votre espace client, vous êtes complètement autonomes 7j/7. Et en cas de besoin, nos conseillers sont à vos côtés.

Adaptée à votre rythme

Nos conseillers sont disponibles du lundi au vendredi de 8h à 21h et le samedi de 8h à 18h (cout d’un appel local).