En consultant notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour rendre votre visite plus agréable, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt, vous permettre de partager des contenus sur les réseaux sociaux, et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Le Blog
ING Direct, votre banque en ligne, c'est aussi un blog avec des articles clairs concernant l'assurance vie, la retraite, les investissements, la gestion de budget…
annuler
Affichage des résultats de 
Rechercher plutôt 
Vouliez-vous dire : 

Dossier - Fonds en euros : non, ils ne rapportent pas moins qu’avant !

fonds_en_euros.jpg

 

 

DOSSIER - L’assurance-vie : toujours attrayante !

L’assurance-vie est le placement préféré des Français. Mais les nouvelles mesures mises en place dans le cadre de la loi Sapin 2, pourtant destinées à les protéger, suscitent quelques craintes chez les épargnants. Dans le contexte actuel, pourquoi l’assurance-vie reste-t-elle le meilleur placement à long terme ? Comment aller au-delà des idées reçues et en tirer le meilleur profit ?

Les détenteurs de fonds en euros sont parfois déçus face à l’érosion de leur rendement. Pourtant, si l’on calcule juste, ils rapportent plus aujourd’hui qu’hier… Le miracle de la rentabilité dite « réelle » !

Un taux peut en cacher un autre. Ceux des fonds en euros – le compartiment garanti de l’assurance-vie – ne cesse de baisser depuis des années. On ne voit pas comment il pourrait en être autrement dans le contexte financier actuel. Pour exemple, l’État français émet des obligations à dix ans à un taux proche de 0,45 % depuis début novembre 2016. Or les obligations constituent la matière première des fonds en euros. Le taux moyen des rendements sur ces fonds s’est établi à 2,30 % en 2015, après 2,50 % en 2014, 2,80 % en 2013, 2,90 % en 2012… Les assureurs parvenant à faire mieux le doivent à leur historique. Leur portefeuille bénéficie de vieilles obligations plus lucratives. Mais le poids relatif de celles-ci s’amenuise au fil du temps. Et le législateur ne tient pas à ce qu’ils puisent trop vite dans cette réserve. Ainsi le projet de loi Sapin 2 contient une disposition qui permettrait au Haut Conseil de stabilité financière de limiter une telle ponction de la part d’un assureur qui ainsi doperait trop son taux au regard des conditions financières du moment. La motivation d’une telle mesure préventive est mal cernée de la part du législateur, qui préfère voir les assureurs garder un minimum de « réserve de bénéfices » pour les années futures, histoire d’éviter une fuite en masse des fonds en euros.

Prendre en compte l’inflation

Forcément, les épargnants s’attristent de voir la rémunération de leur placement préféré s’éroder au fil des ans. Mais savent-ils que si l’on jette un coup d’œil dans le rétroviseur, on découvre que le placement rapporte en vérité davantage aujourd’hui qu’en 2008 ou qu’en 2010 alors qu’il affichait des rendements moyens respectifs de 3,90 % et 3,38 % ? Car la vraie rentabilité d’un placement se calcule déduction faite de l’inflation. Aujourd’hui les taux diminuent mais, heureusement, l’inflation a baissé davantage encore. Résultat : votre patrimoine financier gagne en pouvoir d’achat. La majorité des épargnants ignore que seule la rentabilité réelle protège leur patrimoine financier de l’érosion monétaire. Prenons pour exemple un panier de produits commerciaux d’une valeur de 10 000 euros au 1er janvier. Avec une inflation de 2,80 %, comme en 2008, ce panier valait 10 280 euros à la fin de l’année. Si votre capital dormait sur un compte non rémunéré, il est resté égal à 10 000 euros. Il a donc perdu 280 euros de pouvoir d’achat. Autrement dit : vous vous êtes appauvri de 280 euros du fait de ladite « érosion monétaire ».

La rentabilité réelle, véritable étalon de l’enrichissement

Maintenant, imaginons que ce capital était placé sur un fonds en euros rémunéré dans la moyenne. Le solde en fin d’année était alors de 10 390 euros. Votre pouvoir d’achat s’est donc amélioré de 110 euros (10 390 – le prix du panier de 10 280 = 110 euros). Votre rendement réel en 2008, le vrai étalon de votre enrichissement, était donc de 1,1 %, soit le rendement du fonds en euros de 3,90 % moins 2,80 % d’inflation. Comparons avec la situation en 2015 : avec un rendement moyen de 2,20 %, un capital de 10 000 euros s’est valorisé à hauteur de 10 225 euros sur l’année. Mais l’inflation ayant été nulle, votre rentabilité réelle a été de 2,25 %. Bref, vous vous êtes davantage enrichi qu’en 2008, avec un taux qui a pourtant perdu 1,65 point !

Entre l’impact psychologique des taux de placement affichés à la baisse et l’impact financier sur votre patrimoine de la rentabilité réelle après inflation, il y a un pas qui aujourd’hui nous pousse plutôt à passer de la grimace au sourire !

A LIRE DANS LE MEME DOSSIER : 

L'assurance-vie : nette d'impôt, c'est mieux !

Crédit photo : baranq - Fotolia

Les données chiffrées ou autres informations ne sont valables qu'à la date de publication de l’article et pourront être sujets à modification dans le temps. Achevé de rédiger le 17/11/2016.

Étiquettes

Une claire

Ici, pas de blabla ni de frais cachés, mais de l’aide et des conseils quand vous le souhaitez.

Simple et performante

Nous pensons qu’une banque en ligne doit être performante avec des produits simples à gérer.

Accessible et pratique au quotidien

Tout est pensé pour vous faciliter la vie : grâce à notre appli et à votre espace client, vous êtes complètement autonomes 7j/7. Et en cas de besoin, nos conseillers sont à vos côtés.

Adaptée à votre rythme

Nos conseillers sont disponibles du lundi au vendredi de 8h à 21h et le samedi de 8h à 18h (cout d’un appel local).