En consultant notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour rendre votre visite plus agréable, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt, vous permettre de partager des contenus sur les réseaux sociaux, et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Le Blog
ING Direct, votre banque en ligne, c'est aussi un blog avec des articles clairs concernant l'assurance vie, la retraite, les investissements, la gestion de budget…
annuler
Affichage des résultats de 
Rechercher plutôt 
Vouliez-vous dire : 

DOSSIER - Fintech : quand le digital réinvente la finance

Banque

 

DOSSIER - La digitalisation de la banque

La conversion du monde bancaire au digital a profondément transformé nos usages et nos attentes. Elle a vu naître des acteurs innovants et fait émerger des enjeux inédits.

À l’instar d’un Uber, pour les taxis, ou d’un AirBnB, pour l’hôtellerie, les fintech bousculent les métiers de la finance.

On évalue aujourd’hui à 150 le nombre de fintech françaises, ces start-up qui utilisent les nouvelles technologies pour révolutionner les métiers et les usages de la finance. « Finance, technologie et rupture avec la chaine de valeur existante sont les ingrédients d’une fintech », précise Guillaume-Olivier Doré, entrepreneur spécialiste du secteur et coauteur avec Digital Conseil d’une étude sur le sujet. Il distingue quatre grandes catégories d’activités : le financement participatif (crowdlending, crowdfunding), les modes de paiement (NFC, mobiles, SMS), la gestion d’actifs et les agrégateurs de compte. Selon lui, seules les deux premières sont arrivées à maturité.

Les plateformes de crowdfunding ou de crowdlending offrent au grand public un accès à un volume colossal de projets et d’entreprises dans lesquels investir directement et proposent des modes de financement divers : prêt avec ou sans intérêt, don, financement au capital, financement contributif... Des investissements désintermédiés qui affichent des rendements plus avantageux que les plans d’épargne classiques mais qui ne sont pas dénués de risques. Les paiements en boutique via smartphone ou les virements de mobile à mobile font également partie des nombreuses innovations incubées au cœur de l’univers fintech.

Financer autrement

La directive européenne sur les marchés d’instruments financiers puis l’ordonnance française de 2014 relative au financement participatif ont mis fin au monopole bancaire en autorisant les prêts rémunérés consentis par des particuliers à des personnes physiques ou morales pour le financement d'un projet professionnel ou de besoin de formation. Le gouvernement a également autorisé les sites web agréés à mettre en relation les particuliers et les entreprises via des contrats de prêts. Des évolutions de la législation qui ont permis l’explosion des plateformes de financement. Parmi les noms emblématiques du secteur, citons KissKissBanBank, Ulule, ou MyMajorCompany pour le soutien financier aux projets, Prêt d’union pour le crédit entre particuliers ou Leetchi pour la collecte et la gestion d’argent à plusieurs (cagnottes). Moins connues, Lendix, Unilend ou Bolden permettent le financement de PME. D’autres se sont également positionnées sur la gestion d’actifs ou la consolidation des comptes détenus dans plusieurs banques.

De nouveaux usages de paiement

L’univers du paiement a quant à lui bénéficié de la directive européenne de 2009 sur les services de paiement et sur la monnaie électronique. Transposée en droit français en 2013, cette directive autorise tout établissement recevant le statut d’Etablissement de monnaie électronique à émettre, à gérer cette monnaie et à fournir des services de paiements. Cette monnaie électronique peut être stockée sur une carte de paiement, une carte à puce, un téléphone mobile ou un compte en ligne et cela sans avoir recours à un compte bancaire. Startup spécialisée dans le paiement de proximité, Lydia permet ainsi de transférer et de recevoir de la monnaie électronique depuis un smartphone. Autres applications dans l’univers du paiement, Paytop, qui se positionne sur l’envoi d’argent à l’international, l’achat de devises et les cartes multidevises, et Slimpay, qui offre une solution de gestion des paiements récurrents par prélèvements bancaires.

Des incubateurs à innovations

Centrées sur la personnalisation des offres, l’instantanéité, la simplicité d’usage, la transparence, ces start-up séduisent de plus en plus de clients et contraignent les acteurs traditionnels du secteur à réagir : « Pour résister à ce mouvement, les banques doivent collaborer avec les fintech qui leur apportent la Recherche et Développement qu’elles n’ont pas. C’est d’ailleurs ce que plusieurs établissements bancaires ont compris en rachetant des start-up ou en créant des accélérateurs de fintech », explique Guillaume-Olivier Doré. Un mouvement dont profiteront les clients. Pour Laurent Bertin, responsable de l’activité Distribution & Marketing pour les services financiers d’Accenture France Benelux, « les banques ont un fort potentiel de différenciation par leur capacité à agréger des services différents en matière d’expérience, fournis en interne ou dans le cadre d’un écosystème de fintech. À l’instar d’un Google ou d’un Amazon, celles qui tireront leur épingle du jeu seront celles capables de proposer des solutions personnalisées adaptées aux attentes et au contexte du client. »

Un changement de paradigme qu’ING Group a intégré en confiant à Benoît Legrand la mission de développer une stratégie de partenariat avec les fintech : « Ces nouveaux acteurs peuvent nous aider à être plus innovants. Il vaut mieux provoquer la disruption en interne plutôt que d'attendre que d'autres le fassent à notre place. »

A découvrir également dans notre dossier :

Comment le digital a révolutionné la banque

Portrait de la banque de demain

Le big data au cœur de l’anticipation des besoins

Le mobile, avenir de la banque

Crédit photo : © Eugenio Marongiu - Fotolia

Une claire

Ici, pas de blabla ni de frais cachés, mais de l’aide et des conseils quand vous le souhaitez.

Simple et performante

Nous pensons qu’une banque en ligne doit être performante avec des produits simples à gérer.

Accessible et pratique au quotidien

Tout est pensé pour vous faciliter la vie : grâce à notre appli et à votre espace client, vous êtes complètement autonomes 7j/7. Et en cas de besoin, nos conseillers sont à vos côtés.

Adaptée à votre rythme

Nos conseillers sont disponibles du lundi au vendredi de 8h à 21h et le samedi de 8h à 18h (cout d’un appel local).