En consultant notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour rendre votre visite plus agréable, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt, vous permettre de partager des contenus sur les réseaux sociaux, et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Le Blog
ING Direct, votre banque en ligne, c'est aussi un blog avec des articles clairs concernant l'assurance vie, la retraite, les investissements, la gestion de budget…
annuler
Affichage des résultats de 
Rechercher plutôt 
Vouliez-vous dire : 

DOSSIER - Des obligations vertes pour financer l’avenir

Placement

 

DOSSIER - Placements durables

Approche sociale, écologique… De plus en plus de particuliers cherchent à donner un sens à leur épargne. À quelques jours de l'ouverture à Paris de la conférence des Nations unies sur les changements climatiques, dite COP 21, c'est l'occasion pour nous de faire le point sur les produits de placement les plus verts.

Avec une croissance multipliée par trois chaque année depuis 2012, le marché des obligations vertes (green bonds) est en pleine expansion. En quoi consistent-elles ?

EDF, GDF Suez, Unibail Rodamco, Banque mondiale… De plus en plus de grandes entreprises et d’institutions internationales se lancent aujourd’hui dans l’émission d’obligations vertes pour lever des fonds. Sur le papier, pourtant, rien ne distingue ces titres de dette d’une obligation classique.

Financer des projets à vocation environnementale

Même modalité de versement de coupon, même engagement de remboursement à l’échéance, même risque de perte en capital en cas d’augmentation des taux d’intérêt, même niveau actuel de rémunération (exemple, 2,25 % pour une maturité de 7,5 ans pour l’émission EDF fin 2013) (1), même fiscalité, mêmes possibilités d’achat (en direct ou via des fonds obligataires solidaires)… « Le principe est strictement identique », souligne Philippe Arnaud, associé du cabinet d’audit, de conseil et d’expertise comptable KPMG. « C’est la destination des investissements qui fait toute la différence. » Comprendre : alors qu’un souscripteur d’obligations traditionnelles ne dispose d’aucune information sur la manière dont seront utilisés ses fonds, celui qui détient une obligation verte sait d’avance qu’ils serviront à financer des projets à vocation environnementale (développement des énergies renouvelables, protection de la biodiversité…).

Un marché en quête de transparence

Sauf que… « Si les émetteurs de green bonds s’engagent en effet à investir l’argent ainsi obtenu dans des projets “verts”, aucun cadre ne définit actuellement ces derniers de manière stricte. Ce qui peut être considéré comme un geste en faveur de l’environnement par une société ne l’est pas forcément par une autre », déplore Philippe Arnaud. Pour pallier cette lacune et dans l’attente d’élaboration de règles communes, quelques cabinets d’audit externes proposent désormais des critères pour labelliser ces obligations et/ou vérifier l’utilisation des fonds. Quant aux banques, plusieurs d’entre elles se sont regroupées pour lancer des « green bonds principles » afin de promouvoir la transparence de ce marché.

Source:

(1) EDF

A lire également dans notre dossier :

- LES TERRES AGRICOLES, OU LE NOUVEL ELDORADO

- INVESTIR DANS LES ÉNERGIES RENOUVELABLES VIA DES PLATEFORMES DE FINANCEMENT PARTICIPATIF

- SCPI VERTE : L’IMMOBILIER À VOCATION DURABLE

- COMMENT GLISSER DU VERT DANS SON PORTEFEUILLE ?

Crédit photo : © WavebreakMediaMicro - Fotolia 

Une claire

Ici, pas de blabla ni de frais cachés, mais de l’aide et des conseils quand vous le souhaitez.

Simple et performante

Nous pensons qu’une banque en ligne doit être performante avec des produits simples à gérer.

Accessible et pratique au quotidien

Tout est pensé pour vous faciliter la vie : grâce à notre appli et à votre espace client, vous êtes complètement autonomes 7j/7. Et en cas de besoin, nos conseillers sont à vos côtés.

Adaptée à votre rythme

Nos conseillers sont disponibles du lundi au vendredi de 8h à 21h et le samedi de 8h à 18h (cout d’un appel local).